Plus de 400 ans d'histoire

Dans le centre-ville, il existe un certain nombre de lieux dont la visite s’impose. L’église paroissiale de Santa María possède l’un des retables baroques les plus importants et mieux conservés de Catalogne, qui a été construit au début du XVIIIe siècle par le sculpteur Pau Costa. Dans la rue de l’église se trouve le musée Marès de la Punta, qui possède la plus grande collection d’Europe de dentelles confectionnées entre le XVIe et le XIXe siècle, et le bâtiment de l’ancien Studio de Pilotes, fondé par José Baralt, abrite quant à lui actuellement le musée Mollfulleda de minéralogie, qui expose l’une des meilleures et plus complètes collections de minéraux de Catalogne.

Le bas de la Riera abrite d’un côté comme de l’autre un certain nombre de lieux urbains et de somptueuses demeures. La promenade au gré de ces rues réserve bien des surprises. Quelques tours de défense construites pour combattre les pirates berbères perdurent. Les archives historiques Fidel Fita ont récupéré et conservent actuellement des documents historiques sur Arenys et toute la région. Le travail des archives a été fondamental pour préserver la mémoire historique d’Arenys.

Au sommet du mont de la Pietat, à l'ouest de la ville, se trouve le cimetière d'Arenys. C’est un exemple typique de cimetière marin méditerranéen. L’écrivain Salvador Espriu en a fait un mythe littéraire dans son poème « Cementiri de Sinera ». À l'intérieur de ce cimetière il y a de remarquables sculptures, œuvres d’artistes modernistes de renom, notamment Josep Llimona et Venanci Vallmitjana.

Du cimetière la vue est magnifique et l’on peut contempler les principaux éléments et symboles de la géographie d’Arenys. À l'ouest on aperçoit la tour des Encantats, surveillant les frontières entre les évêchés de Gérone et Barcelone. Vers l’intérieur, les trois omniprésentes collines (Tres Turons) contemplent la scène. Lorsqu’on regarde vers l’est, on n’a d’yeux que pour le port, et notamment l’ancien bâtiment du Montcalvari. Ce point de vue privilégié nous permet de distinguer l’église de Santa María, différents couvents, la majestueuse demeure néoclassique offerte par le fils chéri de la ville Josep Xifré et à l’horizon au fond le grand massif montagneux du Montnegre.